je ressens le besoin de dire plein de choses, sans doute ai-je besoin de mettre des choses au clair;

 je voudrais te dire tout ce qui me frustre, qui est égoiste et que je n’assume pas.

j’aimerais te dire comment je t’aime, mais il n’y a pas de mot, je ne sais pas s’il existe une façon d’aimer. je t’aime comme je t’aime et comme j’aime d’amour, et il n’y a pas d’autre façon d’aimer amoureusement pour moi.

j’essayerai d’écrire ça un jour. toutes les belles choses que je vois en toi, tellement que ça déborde et que l’on voudrait écrire quelque chose de beau et de concis, à la manière d’un lover “tout ce que je te dis ne suffit pas à décrire ce que je ressens pour toi” 

parfois je pense que le corps est plus vrai et plus touchant que les mots, en fait je le pense souvent, mais je ne te le dis pas, car tu me trouves trop axée sur le physique, tu préfères les choses spirituelles, tu préfères les mots.

je trouve l’expression corporelle et les mots tout aussi importants, chacun a, de toute façon, sa propre façon d’exprimer son amour et l’on ne peut affirmer que l’un est meilleur que l’autre, tant que cet amour est retranscrit du mieux qu’il peut.

je viens d’avoir cette opinion et je la trouve belle alors je vais la garder. après tout, je pense que l’on est plus que du spirituel et du physique. on est bien plus que ça.

tu es bien plus que ça, c’est ce “ça” que je n’arrive pas à exprimer. je le ferai, avec le temps

peut être est-ce l’interaction que l’on a avec l’autre, le partage, le “commun”, ce qui ne nous appartient pas complètement, mais qui ne nous appartient qu’à nous deux.

je crois etre la seule à t’observer autant. le moindre de tes gestes

je suis fatiguée d’écrire

Curieusement, l’histoire d’amour terminée entre Anouk et Joseph me rend triste et nostalgique. Quelque chose de beau émanait de leur relation, pourtant je ne pouvais la juger que par l’intermédiaire de Facebook. Mais quelque chose de pur, sincère et fort. Je crois que j’ai tout de suite pu m’identifier à Anouk. Quelque chose me touche profondément dans sa façon d’être et d’aimer Joseph. De l’aimer encore même après la rupture, même avant la rupture. C’est la pureté du sentiment, intact du début jusqu’à la fin, il faudra beaucoup de mal pour l’effacer, une lourde cicatrice restera gravée au plus profond d’elle. Jamais elle ne pourra plus aimer comme elle a aimé Joseph, avec naiveté et innocence, avec l’insouciance et la confiance totale en l’être cher. La question de se séparer ne lui venait sans doute pas à l’esprit, ou quand celle-ci arrivait, elle la trouvait absurde. Jusqu’au jour où, celui que qu’elle aime, que qu’elle aime tout simplement comme il est possible d’aimer, comme il lui est possible d’aimer. De tout son être, décide de se séparer d’elle. Ses sentiments ne sont plus. Non t-il jamais été ? Telle est la question que je me pose encore.

Je crois qu’à mes 19 ans, aujourd’hui 20, je peux affirmer avoir connu l’amour.

L’amour qui s’est installé brusquement et doucement à la fois. Aujourd’hui il peine à s’en aller. Il ne comprend toujours pas comment tout ceci est arrivé. Ca s’est terminé si vite. Comme si l’on avait à peine eu le temps d’y goûter, il nous échappe, et part loin.

J’ai cru à la réciprocité, mais ce n’est plus qu’un doux songe dans lequel je me complais.

Je me sens désolée pour Anouk, j’apprécie énormément Joseph mais, je ne peux m’empêcher de penser qu’il aurait dû prendre ses responsabilités avant d’envisager une relation avec quelqu’un dont l’amour était pur.

Blesser quelqu’un, je l’ai sans doute déjà fait. Je le regrette profondément. Aujourd’hui, je ne souhaite plus m’engager dans une relation d’amour. Mon amour demeure actuellement là où il a été depuis septembre 2013. Je ne veux plus blesser personne. Je ne veux plus être blessée. 

J’ai pour seul réconfort le sentiment que l’amour que j’entretiens est le plus honnête.

Je ne te connais pas Anouk, mais je t’apprécie car tu me fais penser à moi, et je respecte ta façon d’aimer.

Certains diront à la folie, et n’auront pas complètement tort.

Couteau contre la paume, maman maman je doute du ciel

Ok je fais des efforts et tout ça marche à peu près. Ouais gros.

Mais j’sais pas tu l’aimes ou quoi ? Ça va pas de faire des crises de bébé comme ça et devant moi ! Parce que je suis là aussi. J’en ai marre d’être la méchante tout partout. Marre d’être là mais qu’il y est personne en retour. Moi qui t’aime encore, pourquoi je me tape ce rôle de merde. Ça me saoule j’ai juste envie d’être tranquille avec toi mais t’as toujours trois mille amies à aller sauver. Trois mille personnes qui t’aiment, trois mille personnes qui ont besoin de toi. Bordel de merde tu les choisis à la fourrière ou quoi ?

J’voudrais avoir la priorité de l’extrême. Parfois j’imagine ces hommes qui traitent leur copine comme leur princesse. J’envie ces putains de filles et je me comporte comme ces putains de mecs.

On était un couple d’homosexuels et j’étais le dominant. Mais moi j’voulais pas être un homme, t’aurais dû me mettre la bague au doigt, m’embrasser devant la lune.

La nuit j’m’endors la boule au ventre. Cet amour qui me fait si mal, maltraitée, pourquoi je t’aime encore, pourquoi je pleure encore. 

Un bain d’eau froide ça calme c’est vrai. Mais tu sais c’est provisoire. Un sourire cache des larmes et c’est comme ça tous les soirs. De toute façon quand je parle tu m’écoute pas, quand je pleure tu fais comme si j’étais pas là.

J’en ai marre d’aimer tout le monde au point que je puisse pas haïr. Je déteste même pas tes putains d’groupies. Elles t’ont vu deux fois en vrai mais t’es l’homme de leur vie.

Tu m’as jamais aimée on dirait. C’était elle depuis le début faudrait-il encore que tu puisses l’assumer.

Bouh la méchante Hélène.

Grosse tepu qui reprend son service

J’ai acheté un lampadaire pour éclairer ma rue.

Hihi. Bon sinon j’ai trouvé ça :

["aucun artiste ne tolère le réel”. À quoi Camus a répliqué “qu’aucun artiste ne peut se passer du réel”]

Pourquoi j’ai l’impression que les deux sont vrais tu sais.

L’autre il fait son rabougri. Mais j’en ai un peu marre du rabougri.

J’ai le hoquet c’est super chiant si t’as déjà connu ça RT

On me propose un plan cul récemment. Dois-je dire oui.

Quoi de meilleur qu’une boisson chaude pour réchauffer les cœurs. 
On remerciera Sheldon Cooper pour me l’avoir indirectement suggéré.
Plus Witch mag parce que je suis une vraie meuf tavu.  

Sinon sinon, je vais lui écrire une lettre je pense. Genre truc que je lui enverrai jamais mais c’est important que je l’écrive. 
Le destin choisira pour moi. 

Je sais pas. Pour l’instant j’attends ma réponse de logement. Et ma réponse de sa part. Et celle de mon pôle scolarité aussi.

Les joies de l’administration. 

Je trouve pas ça drôle de dire “les joies de l’administration”. Genre sarcasme nul. 

J’ai les cheveux sales. Faut que j’achète des m&ms. 

Putain et que j’écrive cette lettre. 

MOFO. 

C’est trop frais encore
Putain ça fait mal.

Genre grosse tristesse.

Elle est encore là Éloïse. 
Ça fout une grosse claque. 

Ou alors y a personne. 
Même pas moi.

C’est hyper tendu comme un tendon.
Je sais pas trop comment je vais.